IT | EN | ES | FR | PT

Les grands-parents et les personnes âgées

Les grands-parents et les personnes âgées font également partie de nos familles.


Aujourd'hui, une culture du rejet dominante tend à considérer les personnes âgées comme peu importantes, voire insignifiantes pour la société. La vieillesse, en revanche, est un moment supplémentaire pour répondre à l'appel de Dieu. Il s'agit certainement d'une réponse nouvelle, différente et, à certains égards, plus adulte et plus mature.


La vocation à l'amour est un appel que Dieu nous lance à chaque étape de notre vie. Cela signifie que les grands-parents et les personnes âgées sont également appelés à vivre la grâce de leur relation avec le Seigneur à travers leurs relations avec les enfants, les petits-enfants, les jeunes et même les enfants en bas âge.


La réponse à cette appel se développe en deux directions : l'une est donnée par ce qu'ils peuvent offrir aux autres par leur expérience, leur patience et leur sagesse ; l'autre est donnée par ce qu'ils peuvent recevoir des autres dans leur condition de fragilité, de faiblesse et de besoin. Ainsi, les personnes âgées s'offrent à elles-mêmes et à ceux qui entrent en contact avec elles une nouvelle occasion de croissance humaine authentique et mature.


Vieillir est difficile


Nous ne pouvons pas cacher combien il est difficile de vieillir.


Pour certaines personnes, il s'agit d'une expérience remplie d'amertume et de tristesse, surtout lorsqu'elle est associée à une maladie qui rend difficile la réalisation des activités normales du passé.


Parfois, le temps de la vieillesse est également marqué par le chagrin causé par la perte de son conjoint, avec lequel on a passé une grande partie de sa vie.


Dans un certain sens, le temps de la vieillesse, caractérisée par des événements quotidiens humbles et simples, vécus dans la discrétion, le silence et dans une condition d'apparente insignifiance par rapport à l'histoire du monde, peut aussi être comparé à la vie de la Sainte Famille de Nazareth.


La période de la vieillesse est aussi le moment où, devenant plus nécessiteux et moins indépendants, le désir de prière et de dialogue avec Dieu grandit chez les personnes âgées. Il s'agit sans aucun doute d'un temps privilégié et propice à la grâce et à la sanctification.


« La personne âgée, c’est nous »


« L’Église ne peut pas et ne veut pas se conformer à une mentalité d’intolérance, et encore moins d’indifférence et de mépris à l’égard de la vieillesse. Nous devons réveiller le sentiment collectif de
gratitude, d’appréciation, d’hospitalité, qui ait pour effet que la personne âgée se sente une partie vivante de sa communauté.
Les personnes âgées sont des hommes et des femmes, des pères et des mères qui sont passés avant nous sur notre même route, dans notre même maison, dans notre bataille quotidienne pour une vie digne. Ce sont des hommes et des femmes dont nous avons beaucoup reçu. La personne âgée n’est pas un extra-terrestre. La personne âgée, c’est nous, dans peu de temps, dans longtemps, mais cependant inévitablement, même si nous n’y pensons pas. Et si nous apprenons à bien traiter les personnes âgées, nous serons traités de la même manière ».


Être âgé : temps de grâce et de mission


« Le Seigneur ne nous met jamais de côté ! Il nous appelle à le suivre à tous les âges de la vie, et être âgé contient aussi une grâce et une mission, une véritable vocation du Seigneur. Être âgé est une vocation. Ce n’est pas encore le moment de « baisser les bras ». Cette période de la vie est différente des précédentes, cela ne fait aucun doute ; nous devons également un peu « l’inventer », car nos sociétés ne sont pas prêtes, spirituellement et moralement, à donner à celle-ci, à ce moment de la vie, sa pleine valeur. En effet, autrefois il n’était pas aussi normal d’avoir du temps à disposition ; aujourd’hui cela l’est beaucoup plus. Et la spiritualité chrétienne a elle aussi été prise de court, il s’agit de tracer une spiritualité des personnes âgées. Mais grâce à Dieu les témoignages de saints et de saintes âgées ne manquent pas !».


« Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi […] Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Siméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait,
Siméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :


« Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »
Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Siméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du coeur d’un grand nombre. » Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem » (Luc 2, 22-38).


Poètes de la prière


« L’Évangile dit que [Siméon et Anne] attendaient la venue de Dieu chaque jour, avec une grande fidélité, depuis de longues années. Ils voulaient vraiment voir ce jour, en saisir les signes, en pressentir le début. Peut-être étaient-ils aussi un peu résignés, désormais, à mourir avant : mais cette longue attente continuait à occuper toute leur vie, ils n’avaient pas d’engagements plus importants que celui-ci : attendre le Seigneur et prier. Eh bien, quand Marie et Joseph arrivèrent au temple pour obéir aux prescriptions de la Loi, Siméon et Anne s’élancèrent, animés par l’Esprit Saint (cf. Lc 2, 27). Le poids de l’âge et de l’attente disparut en un instant. Ils reconnurent l’Enfant, et découvrirent une nouvelle force, pour une nouvelle tâche : rendre grâce et rendre témoignage pour ce Signe de Dieu. Siméon improvisa un très bel hymne de joie (cf. Lc 2, 29-32) — il a été poète à ce moment-là — et Anne devint la première prédicatrice de Jésus : « Elle parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem » (Lc 2, 38).
Chers grands-parents, chères personnes âgées, plaçons-nous dans le sillage de ces vieux extraordinaires ! Devenons nous aussi un peu poètes de la prière : prenons goût à chercher nos mots, réapproprions-nous de ce que nous enseigne la Parole de Dieu. La prière des grands-parents et des personnes âgées est un grand don pour l’Église ! La prière des personnes âgées et des grands-parents est un don pour l’Église, c’est une richesse ! C’est également une grande transfusion de sagesse pour toute la société humaine, en particulier pour celle qui est trop affairée, trop prise, trop distraite. Quelqu’un doit bien chanter, pour eux aussi, chanter les signes de Dieu, proclamer les signes de Dieu, prier pour eux ! […]Un grand croyant du siècle dernier, de tradition orthodoxe, Olivier Clément, disait : « Une civilisation où l’on ne prie plus est une civilisation où la vieillesse n’a plus de sens. Et cela est terrifiant, nous avons besoin avant tout de personnes âgées qui prient, car la vieillesse nous est donnée pour cela ». Nous avons besoin de personnes âgées qui prient car la vieillesse nous est donnée précisément pour cela. C’est une belle chose que la prière des personnes âgées ».


Il est conseillé de laisser du temps à chacun pour relire la catéchèse, en s'attardant sur ce qui résonne dans son coeur de manière particulière.


Idées de réflexion pour la famille


• Lisons ensemble et réfléchissons au message du pape François adressé aux grands-parents et aux personnes âgées (http://www.laityfamilylife.va/content/dam/laityfamilylife/Anziani/KitPastorale/IT/IT_MESSAGGIO_A4.pdf)
• En tant que famille, réfléchissons à quelles personnes âgées nous pourrions transmettre le message du pape François.


Idées de réflexion au sein de la communauté


• Nous invitons également les grands-parents et les personnes âgées et les impliquons dans la préparation et le déroulement de cette rencontre de préparation à la RMF.
• En tant que communauté, que faisons-nous déjà pour impliquer les grands-parents et les personnes âgées ? Que pouvons-nous faire de plus ?
• Nous nous organisons, en impliquant également les jeunes, pour apporter personnellement le message du pape François aux personnes âgées de notre communauté.


Pour approfondir :


https://www.vatican.va/content/francesco/it/audiences/2015/documents/papa-francesco_20150304_udienza-generale.html


https://www.vatican.va/content/francesco/it/audiences/2015/documents/papa-francesco_20150311_udienza-generale.html


Le message du pape François pour la Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées:
http://www.laityfamilylife.va/content/dam/laityfamilylife/Anziani/KitPastorale/IT/IT_MESSAGGIO_A4.pdf


Prière pour la Journée mondiale des grands-parents et des personnes âgées :
http://www.laityfamilylife.va/content/dam/laityfamilylife/Anziani/KitPastorale/IT/IT_PREGHIERA_A5.pdf